Loading...
Formations

L’Atelier danse

Louer Dieu avec sa voix et pourquoi ne pas louer Dieu aussi avec son corps ?

Il existe sur notre paroisse un « Atelier danse » ouvert à tous, femmes, hommes et enfants . Prochaines dates :

Atelier danse 2018-2019 de 17h à 18h les samedis :  17 nov , 15 dec, 12 jan, 23 fev, 30 mar, 18 mai

Ce que dit la bible sur le corps

Dans la première lettre aux Corinthiens, Saint Paul n’hésite pas à évoquer le corps humain comme “Temple du Saint-Esprit” ou comme ayant été fait “par le Seigneur et pour le Seigneur”, donc promis à la résurrection.

Les textes de l’Ancien Testament ont une perception très unifiée de l’être humain qui est inséparablement corps, esprit et souffle divin. On n’y trouve donc aucun mépris du corps, mais on découvre au contraire que le corps a une place essentielle dans la vie spirituelle. Il suffit d’ailleurs de lire certains psaumes pour se rendre compte qu’on fait alors appel aux mains, au cœur, aux pieds, à la bouche, aux lèvres, à la langue, etc. Car c’est l’être humain tout entier qui prie.

Dans les récits de la Création, il n’existe pas de mot pour parler du corps dans le sens où on l’entend aujourd’hui mais plusieurs termes évoquent à la fois la dimension corporelle, la dimension psychique et la dimension spirituelle qui forment un tout. Au même moment, en insistant sur le fait que, “créé à l’image et à la ressemblance de Dieu”, l’être humain est né de Dieu et destiné à vivre avec lui et pour lui, on reconnaît au corps humain une dignité incomparable puisqu’il  n’est pas une dépouille mais il est habité par la présence divine et qu’il est ce que nous sommes. L’incarnation du Fils de Dieu fait homme, qui s’est fait chair (Jn 1,14), confirme et accomplit la révélation biblique dans ce qu’elle dit de la dignité du corps humain, du respect qu’on lui doit, et de son avenir promis à la résurrection.  Mgr P.Debergé

Le corps participe-t-il à la prière ?

« On est allé trop loin dans la rupture entre l’esprit et le corps, et nous sommes encore des êtres coincés, déplore sans détours sœur Catherine Aubin, dominicaine, licenciée en psychologie et docteur en théologie spirituelle. Le corps est le moyen de notre relation au monde et aux autres.
Quand j’aime quelqu’un, je lui tends la main, je lui souris et l’embrasse. La prière est du même ordre, car elle est relation. Une relation tout intérieure avec Dieu. Le corps, loin de gêner, aide à prier, à mettre mon cœur en mouvement.
Si j’embrasse l’Évangile avant de commencer à prier, cela met mon corps en disposition. Chacun peut laisser venir de l’intérieur de lui-même les gestes intimes qui mettent en mouvement son cœur. Parfois, il n’est plus besoin de parler. Le corps est prière. »

Pourquoi prier par la danse ?

Pour trois raisons : Joie, louange et témoignage

Dire sa Joie 

Dans la Bible la danse est un moyen d’expression de la joie au quotidien.

Le mot danse proprement dit ne se trouve qu’environ (selon les traductions) 27 fois dans la Bible ce qui est très peu, mais il y a un très grand nombre de mots qui sont associés à la danse : Jubiler, exulter, se réjouir,  sauter tournoyer, se courber, se prosterner……….

2 Samuel 6. 14-22 – David danse devant le seigneur au milieu du peuple. A travers la danse il exprime sa joie. David n’aurait jamais dansé s’il s’était arrêté au regard de ceux qui l’entouraient. Non, son attention, son regard à lui est tout tourné vers Dieu, et c’est librement qu’il danse et exprime à Dieu sa joie.

Lorsque nous dansons il est important de fixer notre regards sur Dieu, car c’est pour Dieu que nous dansons. Par la danse nous lui exprimons ce que nous voulons lui dire, notre joie d’être sauvé, de se savoir aimer de lui, que son regard bienveillant posé sur nous nous libère et nous guérit, nous lui exprimons notre amour, notre reconnaissance.  Nous sommes comme un enfant qui tournoie autour de sa mère car il est heureux de ce qu’elle lui apporte, de sa présence et de son amour.

Louer

Psaume 149.3 « Qu’ils louent son nom avec des danses, Qu’ils le célèbrent avec le tambourin et la harpe! » Nous sommes invités à louer Dieu avec la danse. Rendons à Dieu ce qu’il nous a donné, que notre corps, notre être tout entier le glorifie !

Si vous n’arrivez pas encore à louer Dieu avec des mots, et bien louez le avec le corps, levez les mains, frapper des mains c’est  aussi prier, c’est  louer avec simplicité. Nous sommes  ses enfants et quand un enfant n’arrive pas encore à parler et qu’il est heureux que fait-il ? Il lève les bras, il tape des mains, il court vers son père, il se jette dans ses bras, il exprime avec son corps ce qu’il ressent dans son cœur, de même pour nous. Nous pensons alors à cette parole de Dieu dans Matthieu 18 ; 2-4 « Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d’eux et dit : Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. C’est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux.… »

Témoigner

Exode 15,19-21 « lorsque les fils d’Israël ont traversé la mer rouge à pied sec, la prophétesse Miryam, saisit un tambourin, et toutes les femmes la suivirent, dansant et jouant du tambourin ». Cette danse est aussi un témoignage. Elle est partagé avec ceux qui nous entoure, ensemble nous pouvons exprimer  notre louange, entrer en communion, partager notre joie. Pourquoi dansent-ils ainsi ? Mais parce que Dieu libère,  guérie, sauve !

Quand nous regardons un match et que notre équipe marque un but, notre corps réagit, nous nous levons, nous sautons, nous tapons des mains, nous crions, nous ne faisons pas cas de ceux qui nous entoure, ça sort tout seul . Combien plus nous devrions réagir à l’action de Dieu dans notre cœur, dans notre vie.  Dieu nous touche, Il nous visite, Il nous aime et  nous sauve ! Une telle joie s’exprime à travers tout notre être, notre cœur bat, notre corps à besoin d’exprimer d’une manière ou d’une autre ce bonheur. Retenir cette joie en nous c’est comme ne pas parler pour dire merci à quelqu’un qui nous a fait un cadeau merveilleux. A l’exemple de Marie qui a exulté lors du Magnificat, Laissons-nous habiter par l’Esprit Saint qui nous pousse et nous libère de nos peurs, de nos craintes, du regard des autres… Soyons nous, soyons vrai ! Le témoignage est là.

Anne-Marie Mar